Le Trottoir au soleil

De Philippe Delerm
Chez Gallimard (2011)

On attend toujours cette bouffée d'apaisement, le dernier Delerm. Loin des destins tragiques et digressions morbides, Philippe Delerm poursuit son oeuvre consacrée au détail et à l'instant. Le Trottoir au soleil ne déroge pas à la règle. Mais tout de même. « A soixante ans, on a franchi depuis longtemps le solstice d'été. Il y aura encore de jolis soirs, des amis, des enfances, des choses à espérer. Mais c'est ainsi : on est sûr d'avoir franchi le solstice. » Un peu de nostalgie point à l'horizon delermien ; peut-être des regrets. Une évocation poignante de sa mère, ici, la description d'un mariage auquel par bonheur, on n'est pas convié : l'auteur normand fait le grand écart entre la trivialité du quotidien et la profondeur des sentiments. Et parfois, le quotidien devient profond, sans qu'on l'ait vu arriver. Delerm, c'est un peu nous. Toujours des phrases ciselées, l'envie de concentrer l'émotion dans des textes concis. Pourquoi faire plus long ?

HD